Qualité de l’air intérieur : Les français ne sont pas assez informés !

La qualité de l’air intérieur est une préoccupation grandissante pour les pouvoirs publics qui ont mis en place l’obligation de la surveillance de la qualité de l’air intérieur dans les Etablissements Recevant du Public (ERP) à partir du 1er Janvier 2015.

Les problèmes de qualité de l’air intérieur posent chaque année des problèmes de santé importants (asthme, allergie, cancer …) et coûtent chaque année entre 10 et 40 milliards d’euros à l’assurance maladie en soins de santé.

Malheureusement, le message ne semble pas encore être passé auprès des français puisque un sondage réalisé par Harris Interactive en octobre 2013. Décryptage et éléments de réponse à ce sondage.

89% pensent que l’air intérieur de leur logement est de bonne qualité

Réponse de Kudzu Science : Seulement 20% des logements présentent une qualité de l’air intérieur satisfaisante ! Cet état de fait est principalement lié à la présence de formaldéhyde dans l’air intérieur. Ce Composés Organique Volatil (COV) provient essentiellement du mobilier (bois aggloméré), des matériaux de construction, rénovation et décoration (peinture, colle …), des produits ménagers, de la fumée de tabac …

88% ne savent pas comment mesurer la qualité de l’air intérieur

Réponse de Kudzu Science : Il est aujourd’hui très simple de réaliser un bilan de la qualité de l’air intérieur des logements. Kudzu Science a développé une large gamme de kits d’analyse disponibles sur www.kudzuscience.com, pour mesurer précisément la concentration de tous les COV classés prioritaires par l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur (OQAI www.oqai.fr). Les kits rapides vendus à bas prix sur internet ne permettent pas de réaliser une mesure fiable de la pollution de l’air intérieur des logements (Référence aux articles de UFC Que Choisir et du Blog du Home Testing). Sachez que seule une analyse en laboratoire permet de mesurer précisément la pollution de l’air intérieur avec des seuils de détection compatibles avec le référentiel de la qualité de l’air intérieur.

60% pensent que l’air extérieur est plus pollué que l’air intérieur

Réponse de Kudzu Science : Malheureusement, cette idée reçue est difficile à éliminer. L’air intérieur est 5 à 10 fois plus pollué que l’air extérieur et les polluants retrouvés dans l’air intérieur sont généralement absents de l’air extérieur.

93% pensent que le ménage peut assainir l’air intérieur

Réponse de Kudzu Science : Eh bien non, le ménage n’assainit pas forcément l’air intérieur. En effet, de nombreux produits ménagers utilisés pour le ménage contiennent des COV dangereux pour la santé. Notamment des molécules odorantes comme l’alpha-pinène et le limonène qui donnent une odeur de sapin ou de citron.

97% sont conscient qu’il est important d’aérer pour améliorer la qualité de l’air intérieur

Réponse de Kudzu Science : L’aération permet de renouveler l’air intérieur des logements. Pour limiter efficacement la pollution de l’air intérieur, il est recommandé d’aérer au moins dix minutes et deux fois par jour en ouvrant les fenêtres. L’aération efficace consiste à créer un courant d’air pour optimiser l’apport d’air neuf de l’extérieur (moins pollué que l’air intérieur). Par ailleurs, l’aération permet également d’évacuer l’humidité présente dans l’air intérieur et qui favorise le développement de moisissures.

77% s’estiment mal informés sur la qualité de l’air intérieur

Réponse de Kudzu Science : Plusieurs sites d’information sur la qualité de l’air intérieur sont accessibles sur internet. Le blog du Home Testing et Kudzu Science publient de nombreux articles sur la qualité de l’air intérieur et présentent des conseils pour l’amélioration de la qualité de l’air intérieur. Le site de l’OQAI contient également de nombreuses informations sur la pollution de l’air intérieur des logements, les sources de pollution, et les moyens d’améliorer la qualité de l’air intérieur.

57% s’estiment mal informés sur les gestes pour améliorer la qualité de l’air intérieur

Réponse de Kudzu Science : L’amélioration de la qualité de l’air intérieur passe d’abord par la diminution des sources de pollution : peinture, mobilier, solvants, produits ménages, bougies parfumées, encens … Ensuite, il faut améliorer le renouvellement de l’air intérieur en procédant à l’ouverture des fenêtres de son logement en créant un courant d’air. La présence d’une Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC) permet d’améliorer le renouvellement de l’air intérieur mais ne peut pas se substituer à l’ouverture des fenêtres. Enfin, il est également possible de dépolluer l’air intérieur par l’utilisation de systèmes de filtration ou de photocatalyse. Il est important de rappeler que les plantes d’intérieur ne permettent pas de traiter la pollution de l’air intérieur.

En conclusion, il reste encore beaucoup de travail à réaliser pour informer les français sur les risques sanitaires liés à une mauvaise qualité de l’air intérieur. Alors n’hésitez pas à faire passer l’information et à en discuter auprès de votre entourage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>