Les médicaments contrefaits : Un fléau à l’échelle mondiale !

Porter un T-shirt contrefait n’a jamais tué, mais prendre un médicament contrefait si !

Aujourd’hui les médicaments se positionnent en première place des produits contrefaits, bien avant les vêtements, les produits de luxe et les pièces automobiles. Avec une augmentation de 7100% des saisies douanières, la contrefaçon de médicament a atteint des proportions sans précédent. Pour les organisations criminelles, il s’agit d’un investissement extrêmement lucratif qui rapporte bien plus que le trafic de drogue avec des risques beaucoup moins importants. En effet, pour chaque euros investi, les trafiquants peuvent récolter jusqu’à 450€ !

Lorsque l’on parle de contrefaçon de médicament, nous pensons en premier lieu aux pays d’Afrique dans lesquels jusqu’à 60% des médicaments disponibles sont faux. Ce continent est actuellement le plus touché par la malaria et la tuberculose. Les traitements de ces deux maladies comptent parmi les médicaments victimes de la contrefaçon, avec pour conséquences, le décès de plus de 100.000 personnes chaque année.

Les pays « industrialisés » ne sont pas épargnés et cela à cause d’Internet. Environ 1 médicament sur 2 vendus sur internet est un faux médicament. Les médicaments les plus contrefaits en vente sur internet sont les médicaments contre les dysfonctionnements érectiles (Viagra, Cialis, Lévtra …), les produits contre l’obésité (Alli, Xenical) … Aucun médicament n’est aujourd’hui à l’abri d’être contrefait !

La consommation de médicament contrefait présente un risque important sur la santé pour plusieurs raisons. Les laboratoires produisant les faux médicaments n’ont généralement aucune hygiène. Dans la plupart des cas, les médicaments contrefaits contiennent une très faible quantité de principe actif (sous-dosage) ou pas de principe actif du tout. Ils peuvent également contenir des molécules chimiques interdites ou des produits toxiques comme des poisons,  de la mort aux rats, ou bien des métaux lourds. Chaque année plus de 700.000 personnes meurt à cause des médicaments contrefaits.

L’Institut de Recherche et d’Expertise Scientifique (IRES www.ires-lab.com) s’intéresse à cette problématique mondiale et lance le projet ANAMED. L’objectif du projet est de mettre en place un service d’analyse de médicament anonyme et accessible à tous. Ce service permettra d’identifier les médicaments contrefaits et ainsi de limiter les risques sanitaires liés à la consommation de faux médicament. Informez-vous sur le projet ANAMED sur le site www.testmedicament.com.

Pour financer ce projet, L’IRES a besoin de 40 000€. Vous pouvez soutenir le projet ANAMED sur la plateforme de financement participatif INDIEGOGO.

Engagez-vous aux côtés de l’IRES dans un projet humanitaire pour lutter contre les méfaits des médicaments contrefaits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>