Pollution agricole de l’eau par les pesticides : Quels en sont les coûts ?

Environ 96% des produits phytosanitaires sont utilisés par l’agriculture. Ils se retrouvent sous la forme de résidus dans tous les compartiments de notre vie : alimentation, eau naturelle (surface et souterraine), eau de consommation, air (dans les écoles et les logements – Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur) et sol.

Selon le rapport édité en novembre 2015 sur les mesures de qualité des eaux réalisées en 2013 (rapport du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie), il ressort que 92% des points surveillés en France présentaient des traces de pesticide. En conclusion, la quasi-totalité de nos ressources en eau sont polluées par les pesticides !

Etant donné que l’eau que nous consommons au robinet provient des ressources en eau naturelle, il est nécessaire de traiter les eaux pour qu’elles soient conformes à la réglementation. Cette réglementation impose des teneurs inférieures à 0,1 µg/L pour chaque pesticide (0,03 µg/L pour 4 pesticides) et une teneur inférieure à 0,5 µg/L pour la somme de tous les pesticides (Normes de qualité des eaux de consommation).

Quel est le coût financier pour les collectivités et les consommateurs de ce traitement ? C’est l’objet du rapport intitulé « Coûts des principales pollutions agricoles de l’eau publié en 2011 (rapport du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie).

Dans ce rapport, on apprend que pour être conforme aux normes de qualité des eaux de consommation, certains producteurs d’eau potable mélangent des eaux contaminées avec des eaux « propres ». Les auteurs soulignent que cette pratique « pose de vraies questions éthiques » et à « tendance à se généraliser ». En 2011, cette pratique de dilution de la pollution concernant environ 15% des eaux potables avec un surcoût d’exploitation estimé entre 0,02 et 0,04 €/m3, soit une facture annuelle comprise entre 20 et 40 Millions €.

Environ 45% de l’eau prélevée est traité pour produire l’eau destinée à la consommation humaine. Pour les opérateurs privés, le surcoût de ce traitement est estimé entre 0,06 et 0,11 €/m3 et de 0,2 €/m3 pour les opérateurs publics, soit un coût annuel compris entre 260 et 360 Millions €.

Le coût estimé pour éliminer 1 kg de pesticide est compris entre 60 000 et 200 000 € ! Sachant que l’on en utilise environ 110 000 tonnes par an (données de 2001) dont 100 000 tonnes pour usage agricole … le résultat des calculs donne le vertige.

Si l’on souhaite s’attaquer à la dépollution de l’ensemble du stock d’eau souterraine, il faudrait envisager une dépense comprise entre 32 et 105 Milliards €. Le cas des nitrates est plus parlant avec un coût de dépollution compris entre 490 et 742 Milliards €.

La question reste ouverte : Doit-on continuer à subventionner une agriculture qui utilise des pesticides ? En effet, les surcoûts pour le traitement de l’eau sont très importants et l’on ne mesure pas encore aujourd’hui les impacts sanitaires de cette exposition chronique de la population française : cancers, baisse de la fertilité, perturbation hormonale, puberté précoce, diabète, obésité …

 Mots clés : pesticides, pollution de l’eau, traitement de l’eau potable, eau potable, eau de consommation, coût financier, santé humaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>