Ces maisons qui nous rendent malade

Après une journée de travail, j’ai mal à la tête quand je suis chez moi. J’ai amené mon enfant chez le médecin, il a sans arrêt le nez qui coule. Depuis que j’ai repeint le salon, il y a une odeur persistante. Quand je rentre chez moi, il y a comme une odeur de moisi. Saviez-vous que votre habitation peut nuire à votre santé ?

L’isolation, les matériaux de construction, de rénovation et de décoration, le mobilier, les produits ménagers, les parfums d’intérieur et les huiles essentielles, les bougies, les produits cosmétiques … peuvent potentiellement mettre votre santé en danger. En effet, contrairement à l’idée reçue, la qualité de l’environnement intérieur des logements est bien souvent dégradée et plus mauvaise que celle de l’extérieur.

Par environnement intérieur, il faut comprendre l’intérieur des bâtiments : les maisons, les appartements et les bureaux. L’air que nous respirons dans ces lieux de vie est généralement trop contaminé par des polluants chimiques et biologiques. Comme nous y passons la plupart de notre temps (plus de 20h par jour), cet environnement pollué peut nuire gravement à notre santé. En effet, dans une étude publiée en 2014 par l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSES), le coût annuel de la pollution de l’air intérieur est estimé à 19 Milliards d’Euros !

  • Les allergènes domestiques

Les animaux domestiques comme les chats et les chiens contribuent également à la pollution de l’environnement intérieur avec la production d’allergènes pouvant causer de l’asthme, des rhinites (nez qui coule) et des pathologies respiratoires. Les animaux invasifs comme les cafards, les rats et les souris produisent également des allergènes. Cependant, ce sont les acariens qui sont responsables de la plus grande partie des cas d’asthme chez l’homme. Ces insectes microscopiques se nourrissent des peaux mortes (squames) et préfèrent les milieux humides et confinés. Ainsi, après une bonne nuit de sommeil, les conditions sont réunies à l’intérieur des literies pour favoriser leurs développements.

  • Les moisissures

Mauvaise ventilation, taux d’humidité important et chaleur favorisent également le développement des moisissures et la libération de spores dans l’air ambiant. Ces microorganismes, de la famille des champignons, peuvent être allergisants, agir sur les défenses immunitaires et provoquer des pathologies respiratoires sévères comme l’aspergillose.

  • Les Composés Organiques Volatils (COV)

Aération et ventilation : Les constructions contemporaines privilégient généralement l’isolation afin de réaliser des économies d’énergie. Sans une ventilation bien pensée, le renouvellement de l’air intérieur n’est pas suffisant et les polluants comme les COV, émis par le mobilier, la peinture et les produits ménagers s’accumulent dans les pièces de la maison et conduisent à une mauvaise qualité de l’air intérieur. Il est donc recommandé d’aérer manuellement (ouverture des fenêtres) quotidiennement son logement,

Le mobilier en bois aggloméré : Il contient généralement du formaldéhyde en quantité importante. Le formaldéhyde, omniprésent dans les logements, se diffuse pendant plusieurs années dans l’air intérieur de l’habitation. Rappelons que le formaldéhyde a été classé comme substance cancérigène avérée (Groupe 1) par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Les produits ménagers : Ils contiennent également du formaldéhyde, en raison de ses propriétés biocides. En conséquence, il convient de bien aérer son logement lorsque l’on y fait le ménage. Le mieux étant d’utiliser la vapeur d’eau ou bien des produits comme le vinaigre blanc, sans formaldéhyde et sans parfum. De nombreuses recettes de produits ménagers à préparer soi-même sont disponibles sur Internet. Ils sont aussi efficaces que les produits vendus dans le commerce et ne contiennent pas ou peu de COV nocifs pour la santé.

Les parfums : Ils sont présents dans les produits cosmétiques, les huiles essentielles et les produits ménagers, et ils contribuent de façon important à la pollution de l’air intérieur par les composés organiques volatils. La bonne odeur de propre n’est pas compatible avec une bonne qualité de l’air intérieur.

Les peintures : Même à base d’eau, elles contiennent un peu de solvant. Les proportions sont variables en fonction de la marque et du type de peinture. Il faut privilégier les produits de décoration avec un indice A+, c’est-à-dire faible émission de COV dans l’air intérieur. De plus il faudra également choisir la peinture avec la quantité de COV par litre de peinture la plus faible possible (de l’ordre de 1 g/L ou moins). Lors de la pose de la peinture ou des activités de bricolage, il est conseillé d’aérer en permanence la pièce dans laquelle les travaux ont lieu, pendant les travaux et pendant au moins 2 semaines après.

  • Mesurer la qualité de l’air intérieur de son logement

Vous avez des doutes sur la qualité de votre air intérieur ? Il est aujourd’hui possible de contrôler soi-même la qualité de l’air intérieur de son logement avec des kits d’analyse très simples d’utilisation. La gamme proposée par Kudzu Science est la plus complète du marché et vous permet de mesurer la concentration des COV, du formaldéhyde, des allergènes domestiques, et d’identifier les moisissures présentes dans votre logement. Avec ces kits, vous effectuez vous-même les prélèvements que vous renvoyez ensuite au laboratoire pour une analyse par des experts. Seules les analyses en laboratoire permettent aujourd’hui d’obtenir la sensibilité suffisante pour détecter avec fiabilité les polluants les plus dangereux pour votre santé.

Un commentaire sur “Ces maisons qui nous rendent malade

  1. Pour mettre de l’emphase sur les problèmes illustrés dans cet article, nous avions des tuiles de plafond noircis de moisissures, mais il a fallut des preuves tangibles, soit une analyse de la qualité de l’air (www.aesenvironnement.com), avant que les choses puissent commencer à bouger. Fort heureusement, elles ont été remplacées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>